MINERAUX DU KATANGA 

République démocratique du Congo

 AVANT-PROPOS 

Pour des raisons liées à l’Histoire, la géologie de la République Démocratique du Congo et celle du Katanga en particulier ont été abondamment étudiées par des Belges lors du dernier siècle. L’étude de l’arc cuprifère se fit presque exclusivement en fonction de raisons économiques. La récolte d’échantillons minéralogiques était plutôt anecdotique, si on la compare à la situation actuelle et ne se faisait essentiellement que pour la recherche scientifique. Des cristallisations très rares ont été ainsi collectées, telles la buttgenbachite, la veszlyite, la chalcoménite, les très nombreux (plus de 60) composés uranifères, etc…  

Rappelons en quelques mots que l'arc cuprifère du Katanga méridional est riche également en cobalt (jadis le 1er producteur mondial) et en uranium, avec les centres miniers de Kolwezi (Cu-Co), de Likasi (Cu), de Kambove (Cu-Co), de Shinkolobwe (U) et de Lubumbashi (Cu), sans négliger la mine de Kipushi exploitée pour le zinc, le cuivre et le germanium. 

La page web de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) décrit excellemment l’aspect historique et scientifique de la Géologie et de la Minéralogie du Katanga et des photos de minéraux typiques illustrent ce site :

http://euromin.w3sites.net/Nouveau_site/gisements/congo/GISCONf.htm (français).
http://euromin.w3sites.net/Nouveau_site/gisements/congo/GISCONe.htm (anglais). 

C’est donc avec une certaine logique, vu les liens, encore actuels, jadis tissés entre la Belgique et le Congo Belge, puis le Zaïre et enfin la R.D. du Congo, que des collectionneurs belges se sont spécialisés dans la minéralogie du Katanga. C’est une opportunité que j’ai voulu saisir pour présenter des minéraux d’exception, ou pour le moins très jolis. Certains sont si rares que très peu de photos en sont visibles sur la toile, quand il y en a … 

Dans un premier temps, nous présenterons de manière aléatoire un album de minéraux originaires du Katanga. Nous rechercherons tout spécialement la rareté et l’esthétisme des échantillons. Un commentaire détaillera quelque peu les espèces photographiées.

Roger Warin.